Toute l’actualité emploi finance

«Ce programme prépare des spécialistes pouvant travailler dans deux langues (Français et Ukrainien)», Jérôme Darmont, Responsable du Master Informatique Décisionnelle et Statistique pour le Management IDSM, Université Lyon 2

21 juillet 2014


Est-ce que vous pouvez nous présenter le diplôme (date et contexte de création) ?

Ce double-diplôme franco-ukrainien a été créé en 2005 en partenariat avec l’Université Nationale d’Economie de Kharkiv Simon Kuznets (UNEK), qui cherchait des partenaires en Europe occidentale. Jean-Hugues Chauchat, professeur émérite et premier responsable français du master, Petro Orlov, Iryna Zolotaryova et moi-même avons monté cette formation sous l’impulsion du Recteur Volodymyr Ponomarenko et du Doyen de la Faculté de sciences économiques et de gestion de Lyon 2 André Tiran, avec l’aide de feu Michel Futin, spécialiste des relations internationales avec le monde russophone. Ce programme a le soutien de l’Ambassade de France en Ukraine, de la Région Rhône-Alpes, de l’Agence Universitaire de la Francophonie, dont l’UNEK est devenue membre.


Combien avez vous de promotions ?

Les étudiants de la 8e promotion sont actuellement en stage. Ils termineront leur année en octobre 2014 par la soutenance de leur mémoire. La 9e promotion passera de première en deuxième année et la 10e promotion, d’ores et déjà recrutée, entrera en première année à la rentrée 2014-2015.

Quel est l’objectif de la formation ?
Ce programme est pluridisciplinaire (informatique, statistique et management) et professionnalisant. Il prépare des spécialistes pouvant travailler dans les deux langues (Français et Ukrainien) et capables de comprendre et de résoudre les problèmes des entreprises et administrations, en utilisant notamment les méthodes de l’informatique décisionnelle. Les cours sont répartis sur les deux universités partenaires : trois semestres à Kharkiv (avec la moitié des cours donnés par des professeurs lyonnais durant une semaine), puis le dernier semestre (cours et stage obligatoire) en France.

Quels sont les points forts du programme ?
- Pluridisciplinarité de la formation
- Bons débouchés professionnels
- Intégration du fonctionnement des deux formations impliquées (master IDSM français et MBA “business-informatique” ukrainien)
- Mobilité intégrée des étudiants
- Politique active d’enseignement des langues (Russe et Français) dans les deux universités partenaires
- Soutien récurrent de l’ambassade de France depuis 2005

Quels sont les profils des étudiants ?
La grande majorité des étudiants sont ukrainiens car la moitié des cours sont en ukrainien ou en russe. Nous cherchons toutefois à développer les candidatures lyonnaises, avec l’appui actif de la section Russe du Centre de langues de Lyon 2. La 8e promotion a d’ailleurs accueilli un diplômé de licence AES Lyon 2. Par ailleurs, il existe deux catégories d’étudiants : ceux qui avaient déjà une Licence d’informatique acquièrent une seconde compétence en statistique et management et se spécialisent en informatique décisionnelle. Les étudiants provenant d’un cursus en économie et management acquièrent une véritable compétence en informatique décisionnelle.

Comment est composé le corps enseignants ?
80 % des cours sont donnés par des enseignants-chercheurs de Lyon 2 et de l’UNEK (à part égale). Les autres intervenants sont des professionnels français et ukrainiens.

Quelles sont vos relations avec les entreprises ?
De nombreuses entreprises françaises ayant des intérêts en Ukraine sont ou ont été étroitement partenaires du master (Teamlog, Gameloft…). Les entreprises qui accueillent et embauchent nos diplômés en France participent également à la formation professionnelle des étudiants. Nous sommes également soutenus par l’association France-Ukraine Innovation et Transferts. Du côté ukrainien, la formation est soutenue par IT-Ukraine, qui réunit les principales sociétés ukrainiennes d’informatique, et par l’Association Ukrainienne des Directeurs de Services Informatiques en Entreprise.

Que deviennent vos anciens ? Est-ce que vous avez des exemples ?
Nous maintenons et éditons un annuaire de nos anciens étudiants, en partenariat avec Auchan Ukraine. Deux tiers environ des diplômés restent travailler en France dans des SSII ou des services d’études. Les fonctions qu’ils occupent sont variées : informaticiens, chefs de projets, consultants, statisticiens, chargés puis directeurs d’études (économiques, marketing, biostatistique, gestion de la santé et de la protection sociale, gestion des risques et de la tarification…), gestion de la relation client, responsable de base de données clients… Certains diplômés utilisent leur expérience pour créer leurs propres entreprises en Ukraine. Quelques-uns préparent une thèse de doctorat en cotutelle. Parmi les diplômés des premières promotions, quatre sont enseignants à l’UNEK.

Est-ce que votre formation est accessible également en formation continue ?
Formellement, le master IDSM est en formation initiale, mais de nombreux étudiants ukrainiens travaillent et sont de facto en formation continue. Les cours à Kharkiv s’effectuent en conséquence le soir.

Comment procédez vous pour faire évoluer votre programme ?
L’évolution du master est périodique, au fil des contrats de formation entre nos universités et leurs ministères de tutelles. Elle est gérée par les coresponsables français et ukrainien du master. La création du master IDSM a par ailleurs provoqué de nombreuses actions de coopération entre Lyon 2 et l’UNEK : un deuxième master en double diplôme dans le domaine du Tourisme, des thèses en cotutelle, des stages linguistiques d’été à Kharkiv pour les étudiants de Lyon 2, un projet européen Tempus SUCSID sur l’entreprenariat, l’association de l’UNEK au Master Erasmus Mundus DMKM, ainsi que de nombreux échanges d’enseignants dans les deux sens.


Jérôme Darmont est professeur d’informatique à l’Université lumière Lyon 2 et directeur du laboratoire ERIC. Il effectué son doctorat à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II et a rejoint Lyon 2 en 1999 en tant que maître de conférences. Il est devenu professeur d’université en 2008. Il est responsable local à Lyon du master Erasmus Mundus Data Mining & Knowledge Management et du master IDSM-Kharkiv. Ses intérêts de recherche ont trait à la performance des systèmes de bases de données décisionnels et à la business intelligence dans le nuage.

Avis recruteur : Fanny FERNANDEZ , Auditrice financière, KPMG

21 juillet 2014


Fanny FERNANDEZ , Auditrice financière, KPMG
Au fur et à mesure de mon évolution chez KPMG, j’ai pris confiance en moi.

Quelle est votre fonction ?

Je suis entrée chez KPMG Entreprises à Toulon le 04/09/2006 après un stage de fin d’études de 6 mois (janvier à juin 2006). J’ai débuté en tant que collaboratrice junior puis ai évolué en tant que collaboratrice sénior puis sénior expérimentée.

Quel est le bilan de vos années chez KPMG ?
Quelles sont les compétences que vous avez pu développer ?

Je pense tout d’abord avoir appris énormément au niveau technique. En effet, après 3 ans en ESC spécialité audit et consulting, je connaissais la théorie et la pratique mais l’application à la réalité des entreprises m’a permis d’acquérir des bases techniques solides, des méthodes de travail.

Je n’aborde plus le travail de l’auditeur de la même manière : j’ai acquis du recul face à mes différentes missions ce qui me permet d’analyser les comptes et la situation financière de l’entreprise préalablement à l’audit en lui-même, ce que je ne faisais pas lors de mes débuts. Cette maturité me permet d’appréhender les risques liés à l’entité ce qui est primordial dans le travail d’un auditeur financier en vue de la certification des comptes.

De plus, je dirai qu’au fur et à mesure de mon évolution chez KPMG, j’ai pris confiance en moi. Les responsabilités qui nous sont au fur et à mesure confiées m’ont permis de m’affirmer professionnellement et d’afficher ainsi une certaine autorité naturelle nécessaire.

La conjonction entre l’approfondissement de mes connaissances et ma prise de confiance en moi m’a permis de développer des relations de confiance avec les clients et les autres membres de l’équipe.

Je suis ainsi plus autonome dans mon travail.

Quels sont les points forts de l’entreprise selon vous ?
Qu’avez-vous particulièrement apprécié ?


- La formation tout d’abord : chez KPMG, nous sommes tous les ans formés avec des formations « update » nous faisant part des nouveautés, actualités, focus sur des évolutions de la profession.

- La diversité : j’ai une appétence particulière pour l’animation et la formation ; KPMG encourage son personnel à développer ses envies. Ainsi, je suis animatrice au niveau de KPMG France pour les salariés juniors et j’ai aussi pu animer des petits déjeuner ou réunions pour des clients. C’est une autre facette du métier de pouvoir transmettre ce que j’ai acquis de part mes 6 années d’expérience.

- « l’esprit d’équipe » : J’ai la chance d’être au sein d’une équipe à taille humaine où nous travaillons ensemble et pouvons ainsi partager sur des problématiques techniques. Nous montons des projets ensemble ce qui est d’une part valorisant et d’autre part beaucoup plus.

Les nominations en banque, finance, assurance.

21 juillet 2014

Axa Investment Managers (Axa IM) : Responsable de l’expertise Structured Finance
Madame Deborah Shire est promue responsable de l’expertise Structured Finance d’Axa IM, à compter de septembre 2014, en remplacement de Monsieur Laurent Gueunier. Elle est sous la responsabilité directe de Monsieur John Porter, responsable mondial de la gestion obligataire d’Axa Investment Managers UK.

Deborah Shire, SFAF (2000), ENSAE (1996), a réalisé le parcours suivant :
* 2012-2014 : Axa Real Estate France, global head of business development.
* 2007-2012 : Axa Investment Managers (Axa IM), deputy head Structured finance division.
* 2000-2007 : Axa IM, head of structured finance engineering, Structured finance division.
* 1998-2000 : Axa IM, quantitative portfolio manager.
* 1996-1998 : Axa, project manager Corporate finance & Treasury department.

Assystem : Directeur général délégué finances

Monsieur Gilbert Vidal est promu directeur général délégué finances d’Assystem, à ce poste depuis mai 2014. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Dominique Louis, président-directeur général. Cette nomination fait suite à la transformation d’Assystem en société anonyme à conseil d’administration.

Gilbert Vidal a réalisé le parcours suivant :
* 2006-2014 : Assystem, vice-président exécutif, directeur financier.
* 2001-2006 : Assystem, directeur financier adjoint.
* Framatome (groupe Areva), directeur fiscal, de directeur des services financiers puis de directeur financier.
* Ministère des Finances, en poste à la direction générale des impôts.

Axa Assistance : Directeur financier
Monsieur Pierre-Alexis Bourdon est promu directeur financier d’Axa Assistance, à ce poste depuis juin 2014. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Franz Regimbeau, secrétaire général. Il est ainsi en charge du contrôle de gestion, de la consolidation, de la trésorerie, des investissements et des acquisitions. Il est membre du comité exécutif. Il remplace à ce poste Monsieur Nicolas Barsky.

Pierre-Alexis Bourdon, 48 ans, DESCF (1997), CFAF (1992), HEC (1987), a réalisé le parcours suivant :
* 2013-2014: Axa Assistance, directeur des projets groupe.
* 2012-2013 : Axa Assistance, directeur de projets transversaux et de convergence.
* 2007-2012 : Groupe Axa, directeur de projets transversaux et de convergence à la direction financière.
* 2002-2007 : Axa France Vie, directeur comptable.
* 1998-2002 : Axa France, adjoint du directeur comptable.
* 1992-1998 : Groupe Axa, responsable de la consolidation des filiales étrangères.
* 1989-1992 : Groupe Axa, analyste en corporate finance.

Les nominations en banque, finance, assurance.

16 juillet 2014


Deutsche Bank : Responsable mondial de l’activité de conseil en gestion de trésorerie pour la clientèle assureurs, secteur public et pensions
Monsieur Emmanuel de Rességuier est promu responsable mondial de l’activité de conseil en gestion de trésorerie pour la clientèle assureurs, secteur public et pensions de Deutsche Bank, à ce poste depuis juillet 2014.
Il est ainsi chargé de développer et de coordonner la couverture de grands clients institutionnels dans le cadre de la gestion de liquidités, du fonds de roulement, de l’efficacité opérationnelle, et de la digitalisation. Il est sous la responsabilité de Monsieur Shahrokh Moinian, head of trade finance, cash management corporates - global solutions.

Emmanuel de Rességuier, 45 ans, executive MBA de la Kellogg school of management (Etats-Unis), WHU Otto-Beisheim graduate school of management (Allemagne), ESLSCA Paris (1991), a réalisé le parcours suivant :

* 2006-2014 : Deutsche Bank France, directeur de la division Global Transaction Banking et parallèlement responsable global trade & cash Solutions NBFI (2011).
* 2004-2006 : Société générale, responsable des services bancaires au Royaume-Uni.
* 2001-2004 : Société générale, responsable du cash management Allemagne.
* 1996-2001 : Société générale (à Paris et Francfort), consultant en cash management.
* 1992-1996 : Société générale, début de carrière comme auditeur et contrôleur de gestion.

Crédit foncier Immobilier (groupe BPCE) : Directeur du département Conseil & Audit
Monsieur Sébastien Boussuge est promu directeur du département Conseil & Audit du Crédit foncier Immobilier (groupe BPCE), à ce poste depuis juillet 2014.
Il est ainsi en charge du développement des activités de ce département, qui vont du consulting à l’accompagnement à maîtrise d’ouvrage, en animant une équipe pluridisciplinaire d’ingénieurs, avocats, experts et économistes. Le département Conseil & Audit est dédié au conseil stratégique en matière d’immobilier, tant pour les utilisateurs que pour les investisseurs.

Sébastien Boussuge, 37 ans, CAPA (2003), IDPA (2003), master d’urbanisme de l’IEP Paris (2001), master de droit immobilier et de la construction de l’université Paris-II, a réalisé le parcours suivant :

* 2011-2014 : Crédit foncier Immobilier, successivement consultant senior et directeur adjoint du département Conseil et Audit (2013).
* 2009-2011 : Périclès Développement, directeur des opérations.
* 2006-2009 : Promaffine (groupe Affine), directeur de programmes.
* 2004-2006 : Groupe Verdi Ingénierie, chef de projet urbain.
* 2003-2004 : Karila et Associés (cabinet spécialisé en droit de la construction), début de carrière en qualité d’avocat collaborateur.

Laboratoires Cyclopharma : Directeur financier
Monsieur Charles Monléon est nommé directeur financier des Laboratoires Cyclopharma, à ce poste depuis juin 2014. Il est ainsi chargé de rationaliser et d’optimiser les opérations de Cyclopharma, pour développer et mettre rapidement sur le marché de nouveaux traceurs pharmaceutiques et solutions d’imagerie, et d’accompagner le déploiement à l’international de la société.
Charles Monléon, 45 ans, a réalisé le parcours suivant :

* 2013-2014 : C2M-Performances, directeur fondateur.
* 2009-2013 : ESC Clermont-Ferrand, directeur administratif et financier.
* 2007-2009 : SevelNord (joint-venture PSA Peugeot Citroën et groupe FIAT), directeur du département Gestion-Finance.
* 2002-2007 : PSA Peugeot Citroën, chef de projet systèmes d’informations, puis en charge du contrôle de gestion des usines d’assemblage au sein de la direction industrielle.
* 1994-2002 : PSA Peugeot Citroën, responsable de la rentabilité de 3 projets de véhicules.
* 1991-1994 : PSA Peugeot Citroën, début de carrière comme contrôleur de gestion au sein de l’usine de Sochaux.

PSA Peugeot Citroën (Groupe PSA Peugeot Citroën) : Responsable du contrôle de gestion de l’amont technique (Centre technique)
Madame Elisabeth Brossard est promue responsable du contrôle de gestion de l’amont technique du groupe PSA Peugeot Citroën, à ce poste depuis janvier 2014.

Elisabeth Brossard, 45 ans, Centrale Paris (1990), a réalisé le parcours suivant :

* 2008-2013 : PSA Peugeot Citroën, responsable contrôle de gestion activités de développement.
* 2005-2008 : PSA Peugeot Citroën, chef du département Achats Energie puis Prestations.
* 2000-2005 : PSA Peugeot Citroën, responsable mise en place systèmes e-procurement.
* 1990-2000 : PSA Peugeot Citroën, postes d’achat hors série et série.

Avis Recruteur : Arnaud , Conseiller en protection sociale, AG2R La Mondiale.

30 juin 2014

Arnaud , Conseiller en protection sociale, AG2R La Mondiale Il y a une forte culture groupe.

Quelle est votre fonction ?

Je suis conseiller en protection sociale et patrimoniale du réseau “professionnel” du groupe. Mon métier consiste à développer et entretenir un portefeuille de clients travailleurs non salariés (profession libérale, artisan, commerçant, chef d entreprise…). J’interviens sur 4 domaines: la santé, la prévoyance, l’épargne et la retraite.

Quel est le bilan de vos années “Ag2r” ?

Bilan très positif (je suis toujours en poste), un métier passionnant directement lié à l’actualité ce qui implique une remise en question quotidienne. C’est un métier où vos résultats et votre rémunération seront à la hauteur de votre investissement personnel.

Quelles sont les compétences que vous avez pu développer ?

Des compétences commerciales, il faut être capable de vendre en cycle court. Une bonne organisation (le poste est en Home office).

Quels sont les points forts de l’entreprise selon vous ?

L’investissement mis sur les nouveaux entrants, les outils mis à disposition, la qualité de nos produits, la formation des effectifs.

Qu’avez-vous particulièrement apprécié (ambiance de travail, culture, management….) ?

Il y a une forte culture groupe, étant une mutuelle, le groupe nous demande justement de mutualiser nos expériences, nos réussites, nos savoir faire. En termes de résultats, évidemment il faut respecter des objectifs, que vous vous fixez, le manager vous anime en fonction de vous.

« Le contenu des cours est orienté pour permettre aux étudiants de mieux préparer les certifications internationales CFA et le PRM », Emmanuel de la Burgade, Responsable de la Spécialisation Finance et Contrôle, ESG Management School.

30 juin 2014

Est-ce que vous pouvez nous présenter la Spécialisation Finance et Contrôle ?

Le master spécialisé en finance existe depuis 1981 au sein de l’école. Il est depuis 2010 scindé en deux spécialisations, une en finance d’entreprise et une en finance de marchés.
Le Master Finance et Contrôle correspond à la deuxième spécialisation et aborde à la fois la finance de marchés et le contrôle des risques pour les établissements qui interviennent sur les marchés financiers.
Combien avez-vous de promotions ?

Nous comptons aujourd’hui une trentaine de promotions relatives au Master Management Financier (1981-2009) et deux promotions relatives au Master Finance et Contrôle.
Quel est l’objectif de la formation ?

L’objectif de la formation est de préparer nos étudiants à des métiers qui sont en relation avec les marchés financiers.
Ce sont à la fois des métiers en front, en middle ou en back office mais également d’autres métiers connexes (analystes financiers, gestion d’actifs) ou des métiers de contrôle et de gestion des risques.
Le Master permet de sensibiliser les étudiants aux nouvelles tendances actuelles (règles prudentielles et contrôle des risques) et de les aider à préparer le CFA.
Quels sont les points forts du programme ?

Le premier point fort du programme est de faire le lien entre la théorie et la pratique avec un corps professoral qui mêle intervenants professionnels et chercheurs. Les cours sont également enseignés en majorité en anglais.
Le second point fort de ce programme est le choix résolu de préparer les étudiants à des certifications professionnelles. Le programme intègre une préparation à la certification de l’AMF et le contenu des cours est orienté pour permettre aux étudiants de mieux préparer les certifications internationales CFA (Chartered Financial Analyst) et le PRM (Professional Risk Manager). La certification PRM est aujourd’hui de plus en plus demandée au sein des établissements bancaires.
Le troisième point fort est le choix de l’école de préparer les étudiants aux outils utilisés sur le marché, que ce soit à travers la programmation sous VBA ou l’utilisation du logiciel d’information financière Bloomberg.
Enfin, le quatrième point fort est de proposer aux étudiants un stage de six mois en immersion en entreprise pour qu’ils mettent en pratique et assimilent ce qu’ils ont appris en cours.
Quels sont les profils des étudiants ?

Les étudiants du Master Finance et Contrôle ont dans la majorité intégré l’ESG Management School en admission post bac. Trente pour cent de nos étudiants ont rejoint notre école dans le cadre de nos admissions parallèles en 3ème et 4ème année.
La moitié des étudiants ont en dernière année un stage ou un contrat professionnalisant en parallèle de leur cursus scolaire.
Comment est composé le corps enseignants ?

Le corps enseignant est composé à 60% d’enseignants permanents et à 40% de professionnels.
Les premiers sont en majorité des enseignants chercheurs, docteurs en sciences de gestion alors que les seconds évoluent principalement au sein de grandes institutions financières.
Quelles sont vos relations avec les entreprises ?

Nous avons des relations étroites avec les entreprises. Chaque année, le pôle ESG auquel l’ESG Management School appartient, a environ 250 diplômés qui intègrent des métiers financiers au sein d’établissements financiers et d’entreprises.
Nous sollicitons chaque année les entreprises pour valider notre programme lors d’un Comité d’Orientation Pédagogique.
Nous les sollicitons lors des forums métiers qui sont l’occasion pour elles de se faire connaître de nos étudiants et d’éventuellement les recruter dans le cadre de stages.
Elles participent également activement aux conférences métiers de la finance que nous organisons deux fois par an pour présenter à nos étudiants les débouchés possibles de leur master.
Que deviennent vos anciens ? Est-ce que vous avez des exemples ?

Nos étudiants intègrent des métiers de finance de marché que ce soit assistant sales ou analyste. D’autres intègrent des métiers de contrôle de risques, d’analystes au sein d’établissements bancaires, de compagnie d’assurances, de fonds d’investissement ou de société de gestion de portefeuille.
Pour vous donner quelques exemples :

Sébastien Ribeiro, après avoir été plusieurs années analyste financier chez Financière Arbevel, est aujourd’hui gérant de fonds action chez Keren Finance, une société qui exerce le métier de gestionnaire d’actifs au travers d’OPCVM et de gestion sous mandat pour compte de tiers.
Johanna Benaim, après avoir complété ses études par un Master à la Sorbonne, est aujourd’hui Corporate Equity Sales à la Société Générale Corporate and Investment Banking.

Est-ce que votre formation est accessible également en formation continue ?

Le Master Finance et Contrôle est accessible en admission post-bac et en admissions parallèles mais pas en formation continue.
Comment procédez-vous pour faire évoluer votre programme ?

Nous sollicitons régulièrement les étudiants et les professionnels pour faire évoluer nos programmes.
Les premiers sont sollicités formellement lors de comités pédagogiques au cours desquels ils nous font des retours quant au contenu de leurs cours. Ils sont également sollicités en même temps que les professionnels lors d’un Comité d’Orientation Pédagogique qui a lieu généralement en fin d’année scolaire pour dresser le bilan de la formation et interroger étudiants et professionnels sur le contenu du master et son évolution par rapport aux besoins du marché.
Les conférences métiers de la finance auxquelles participent nos anciens élèves sont également l’occasion de vérifier que nos programmes correspondent toujours aux besoins du marché.
L’objectif est que notre master réponde aux mieux aux attentes des entreprises, futurs employeurs de nos jeunes talents.


Emmanuel de la Burgade, titulaire d’un MBA de l’Université d’Ottawa et d’un doctorat en sciences de gestion, possède à la fois une expérience de cadre supérieur au sein d’un grand groupe français et une expérience d’enseignant chercheur en finance au sein d’écoles de commerce. Il a rejoint l’ESG Management School en 2012 pour diriger le Master Finance et Contrôle après plusieurs années à l’ESC Rennes où il dirigeait le département Finance.

Les nominations en banque, finance, assurance.

30 juin 2014

PriceMinister (groupe Rakuten) : Directeur général adjoint, directeur de la relation clients

Monsieur Philippe Favrot est promu directeur général adjoint, directeur de la relation clients de PriceMinister, à ce poste depuis juin 2014. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Olivier Mathiot, président-directeur général. Il conserve par ailleurs sa fonction de directeur administratif et financier, poste qu’il occupe depuis 2005.

Philippe Favrot, 46 ans, ESC de Dijon (1990), a réalisé le parcours suivant :

* Depuis 2005 : PriceMinister, directeur administratif et financier.

* 1998-2004 : Directeur financier des sociétés Infonie, groupe IXO, Infogrammes Entertainment (holding du groupe Atari).

* PriceWaterhouseCoopers (PwC), fonctions d’audit financier (pendant 7 ans).

Aegide : Responsable financier

Monsieur Brice Fournet est nommé responsable financier du groupe Aegide, à ce poste depuis juin 2013. Il est ainsi en charge de la mise en oeuvre de la stratégie financière du groupe, notamment de la recherche et de la mise en place des financements, de l’étude des dossiers de croissance externe, et plus généralement de l’optimisation de la structure financière d’Aegide.

Il est également en charge du suivi de la relation avec l’ensemble des partenaires financiers du groupe.
Brice Fournet, 34 ans, ESSEC (2004), a réalisé le parcours suivant :

* 2010-2013 : Predica (groupe Crédit agricole), chef de projet Distribution multicanal.

* 2005-2010 : Accenture, début de carrière comme consultant de la division Banque-Assurance.

AkzoNobel : Directeur financier

Madame Maëlys Castella est nommée directeur financier d’AkzoNobel, à ce poste depuis juin 2014.

Maëlys Castella, 47 ans, a travaillé au sein du groupe Air Liquide pendant 14 ans, notamment en tant que directeur financier adjoint, et dernièrement comme directeur financier pour l’Europe et trésorier du groupe.

Banque populaire Bourgogne Franche-Comté : Directeur de l’audit

Monsieur Bertrand Ferreira est promu directeur de l’audit de la Banque populaire Bourgogne Franche-Comté, à ce poste depuis juin 2014, en remplacement de Monsieur Claude Nicpon. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Bruno Duchesne, directeur général. A ce titre, il intègre le comité de direction.

Bertrand Ferreira, DESS contrôle de gestion et audit interne de l’université Bordeaux-IV, a réalisé le parcours suivant :

* 2011-2014 : Groupe BPCE, directeur des risques.

* 2006-NC : Multi Accès Banque (MA Banque, groupe BPCE), directeur des risques et de la conformité puis directeur administratif et financier.

* 2000-2006 : Prédica (filiale assurance du Crédit agricole), chef de mission à la direction de l’audit interne.

* 1997-2000 : Auditeur interne au sein du Crédit agricole Charente Périgord puis du Crédit agricole Aquitaine.

La Martinière Groupe : Directeur général adjoint administration et finances

Madame Céline Marsan est promue directeur général adjoint administration et finances de La Martinière Groupe, à ce poste depuis juin 2014. Elle est sous la responsabilité directe de Monsieur Hervé de La Martinière, président-directeur général. Elle est ainsi en charge des services généraux, de la DSI, du contrôle de gestion et de la direction financière.

Céline Marsan occupait depuis 2013 le poste de directeur financier de La Martinière Groupe.

Avis Recruteur:Christophe Vulliermet , Responsable du reporting financier, Vinci

23 juin 2014

Christophe VULLIERMET , Responsable du reporting financier, Vinci

Une véritable culture de solidarité

Quel est le bilan de vos années “Vinci Facilities” ?

Je suis chez Vinci Facilities depuis un an seulement, mais grâce au parcours pépinière j’ai déjà beaucoup appris. Ce parcours, dédié aux jeunes embauchés, consiste à être aidé par son superviseur et à suivre des cours à l’académie Vinci Energies, notre centre de formation interne, qui permet aux plus chevronnés de partager leur expérience avec les jeunes recrues. Pour ma part, le parcours pépinière a été formateur car il répond aux problématiques quotidiennes de l’entreprise. J’ai donc la sensation d’avoir progressé dans mes compétences et d’être aujourd’hui un élément intégré et moteur pour le groupe..

“L’objectif de la MSc Finance est de former des professionnels de la Finance qui maitrisent l’ensemble des dimensions liées à la Finance “, Pascale Viala, Responsable de la Filière Financial Economics, EDHEC Business School

23 juin 2014

Est-ce que vous pouvez nous présenter le MSc in Corporate Finance / MSc Finance ?

Le MSc in Finance, créé en 2002, est avant tout destiné à un public n’ayant pas ou peu de connaissances approfondies en finance mais souhaitant poursuivre une carrière dans ces métiers. Il a pour objet d’apporter une connaissance approfondie – à la fois théorique et opérationnelle – en finance. Il aborde de nombreux aspects de la discipline : finance d’entreprise, marchés de capitaux, gestion de portefeuille, évaluation des titres financiers et dérivés, comme l’économie internationale, les techniques quantitatives en finance, etc.
En tant que CFA Partner programme, le curriculum suit celui du niveau 1 du CFA et offre aux étudiants un large portefeuille d’opportunités de carrières en France et à l’international.
Quant au MSc in Corporate Finance, créé en 2008, il se concentre sur la finance d’entreprise. Les étudiants de cette formation devront maîtriser les concepts et techniques afin de prendre les bonnes décisions concernant tous les aspects de la gestion de trésorerie, des techniques de financement et de gestion des risques de taux et de change, le montage d’opérations de LBO, de fusions-acquisitions et transmissions d’entreprises, ou encore de restructurations.
Il offre aux étudiants la possibilité d’approfondir leur expertise en optant pour un large choix d’électifs et pour l’une des deux majeures proposées : Major in Financial Management ou Major in Financial Intermédiation.
Le MSc in Corporate Finance bénéficie de l’appui et l’expertise de notre corporate programme sponsor, Société Générale. Cela signifié concrètement que des dirigeants et experts de la SG sont intervenants dans le programme académique.
Ces deux programmes d’une durée d’un an sont exclusivement enseignés en anglais et bénéficie de la recherche développée par EDHEC-Risk Institute, centre de recherche en finance leader en Europe.
Combien avez-vous de promotions ?

• 4 promotions en MSc in Corporate Finance

• 10 promotions en MSc in Finance

Quel est l’objectif de la formation ?

L’objectif de la MSc Finance est de former des professionnels de la Finance qui maitrisent l’ensemble des dimensions liées à la Finance d’entreprise (analyse financière, évaluation, …) ou à la Finance de marché et qui peuvent se diriger vers des postes du type analyste financiers ou gestionnaires de portefeuilles.
L’objectif de la MSc in Corporate Finance est de spécialiser nos diplômés en Finance d’Entreprise et leur permettre de se diriger vers des postes en direction financière, vers les différents métiers du financement (financements d’acquisition, restructurations, financements de projets, financements structurés, etc.), ou encore de se diriger vers des métiers de recherche ou d’analyse (analyse financière, M&A, financements structurés, crédit, etc).
Quels sont les points forts du programme ?

- La pertinence des programmes qui répondent aux besoins de l’industrie et du marché de l’emploi.

- L’excellence de notre centre de recherche EDHEC-Risk Institute et celle de nos professeurs-chercheurs.

- La présence de professionnels issus de grandes entreprises comme SGCIB.

- L’enseignement en anglais et la grande diversité internationale des étudiants.

- Le programme d’accompagnement et de développement des carrières (TI&CD) unique en France.
Quels sont les profils des étudiants ?

Le MSc in Finance est composé à 27% d’étudiants français issus de la Grande Ecole et 73% d’étudiants internationaux notamment des Etats-Unis, d’Asie, d’Amérique Latine.
Pour le MSc in Corporate Finance, la tendance s’inverse avec 70% d’étudiants français issus de la Grande Ecole et 30% d’étudiants internationaux.
Les étudiants internationaux sont diplômés d’un Bachelor d’universités étrangères telles l’Université Nationale de Singapore, l’Université de Boston, l’Université de Peking mais aussi les universités de Cologne et Maastricht. Les étudiants français sont quant à eux tous issus de la Grande Ecole et sont tous passés par les classes préparatoires.
Comment est composé le corps enseignants ?

Le corps professoral de l’EDHEC est composé dans sa globalité de plus de 130 professeurs et chercheurs qui allient expertise professionnelle et excellence académique. La majorité d’entre eux ont obtenu leur PhD dans les plus grandes universités au monde telles que Harvard, MIT, Cambridge ou encore Yale et Princeton et sont reconnus pour la qualité de leurs recherches et publications.
Sans oublier, les nombreux intervenants professionnels, experts dans leur domaine, qui animent des cours, des conférences et des électifs tout au long du cursus.
Quelles sont vos relations avec les entreprises ?

L’EDHEC à depuis de nombreuses années tissée de solides relations avec le monde de l’entreprise en France et à l’étranger. Les relations avec les entreprises se retrouvent à tous les niveaux de nos programmes. Tout d’abord, certaines sociétés telles que PwC et la Société Générale, corporate programme sponsor du MSc in Corporate Finance, ont choisi de soutenir un programme en particulier en prise directe avec leur cœur de métier.
D’autres sociétés, quant à elles, animent des cours ou des électifs spécifiques. De nombreux professionnels interviennent également dans nos programmes, sur les thématiques qui requièrent une approche plus pratique que réellement académique, par exemple l’analyse financière. Plus largement, des cycles de conférences avec des professionnels de haut niveau sont organisés autour de sujets clefs.
Sans oublier, les nombreuses sociétés, telles que Nomura, Banque Privée Edmond de Rothschild, Blackrock, BNP paribas, Deloitte, JP Morgan, Deutsche Bank, Morgan Stanley, Natixis ou Oddo & Cie qui recrutent nos étudiants et diplômés lors des nombreux événements, rencontres métiers et sessions de recrutement organisés par l’EDHEC.
Que deviennent vos anciens ? Est-ce que vous avez des exemples ?

De plus en plus de nos diplômés, trouvent leur premier emploi à l’étranger notamment en Suisse, au Royaume-Uni et en Asie. Par exemple, nous avons actuellement un jeune diplômé du MSc in Corporate Finance en poste à New York en fusions & acquisitions pour le Crédit Agricole. Un autre travaille à Singapore chez BNP Paribas et un troisième en fusions & acquisitions chez Pernod Richard à Cuba pour ne citer que ces trois exemples.
Le large portefeuille de Masters of Science proposé par l’EDHEC, qui offre également des spécialisations en audit & contrôle de gestion, management des risques et finance de marché (trading et asset management), répond aux besoins du marché de l’emploi et accroît l’employabilité de nos diplômés que ce soit en France ou à l’étranger.
Est-ce que votre formation est accessible également en formation continue ?

Non.
Comment procédez-vous pour faire évoluer votre programme ?

La pertinence des programmes est également assurée par l’EDHEC Financial Economics Advisory Board, dont la majorité des membres sont des dirigeants de grandes entreprises et institutions financières. Ce comité a pour mission de s’assurer de la cohérence des programmes avec les besoins des entreprises.


Pascale Viala est Responsable du Financial Economics Track de l’EDHEC Business School, et Présidente d’YSAVIE, société du Groupe Yvelin. Auparavant, elle a été Managing Director et Head of European Capital Markets chez CIFG jusqu’en 2008. Avant de rejoindre CIFG en 2001, Pascale a également travaillé chez Moody’s Investors Services Limited à Londres, à la Banque Européenne d‘Investissement à Luxembourg, et à l’Université de Montréal. Pascale est docteur en gestion (Finance) de HEC Paris, titulaire d’un DEA de Finance de l’Université de Paris IX Dauphine, et d’une maitrise d’économie de l’Université de Montpellier I.

Les nominations en banque, finance, assurance.

23 juin 2014

Humanis : Directeur finances groupe
Monsieur Pierre Nuyts est nommé directeur finances du groupe Humanis, à ce poste depuis mai 2014. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Gilles de Margerie, directeur général adjoint. Il est ainsi en charge de la rationalisation des nombreuses structures du groupe Humanis, qui sort de plusieurs fusions successives.

Pierre Nuyts, 52 ans, a réalisé le parcours suivant:

* 2011-2014 : Malakoff Médéric, directeur général adjoint finance, technique et risque assurances.

* 2009-2014 : Malakoff Médéric, directeur financier et investissements.

* 2008-2009 : Caisse nationale des Caisses d’épargne (CNCE), directeur des finances.

* 2007-2008 : Crédit foncier de France, directeur des finances.

* 2004-2007 : Caisse d’épargne des Pays du Hainaut, membre du directoire en charge des finances et de l’organisation.

* 2000-2004 : CNCE, directeur du contrôle de gestion.

* 1997-2000 : Caisse d’épargne de Flandre, directeur financier.

* 1991-1997 : A3C (filiale de crédit-bail immobilier du groupe Caisse d’épargne), responsable du service Prévision et Contrôle, puis du département Gestion administrative et financière.

* 1987-1991 : Groupe BNP Paribas, responsable du département Finances.

* 1986-1987 : SIS, consultant.

Manitou : Directeur financier du groupe

Monsieur Pierre-Yves Malgogne est promu directeur financier du groupe Manitou, à compter de juillet 2014. Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Hervé Rochet, secrétaire général.

Pierre-Yves Malgogne, SKEMA Business School (1998), a réalisé le parcours suivant :

* 2007-2014 : Manitou, notamment directeur financier adjoint.

* 1998-2007 : Valeo, différentes fonctions financières en France et à l’étranger.

Barilla : Chief audit officer

Monsieur Massimo Ferrari est promu chief audit officer du groupe Barilla, à ce poste depuis janvier 2014, sous la responsabilité directe de Monsieur Claudio Colzani, chief executive officer. Il est ainsi en charge de l’audit interne du groupe.

Massimo Ferrari, 50 ans, EMBA de SDA Bocconi School of Management de l’université Bocconi (2005), laurea economia e commercio de l’université de Parme (1989), a réalisé le parcours suivant :

* 2012-2013 : Barilla, group audit senior manager Americas, Asia, Africa, Australia.

* 2010-2012 : Barilla, group audit senior manager Europe.

* 2006-2010 : Barilla, group audit manager.

* 2002-2005 : Barilla, group subsidiaries support and integration manager.

* 1996-2002 : Chiesi Farmaceutici, contrôleur financier.

* 1991-1995 : Arthur Andersen, auditeur senior.

Siemens Healthcare (groupe Siemens) : Directeur de la division Imagerie et Thérapie pour l’Europe du Sud-Ouest, l’Afrique du Nord et de l’Ouest

Monsieur Patrick Debans, directeur financier France, est promu directeur de la division Imagerie et Thérapie pour l’Europe du Sud-Ouest, l’Afrique du Nord et de l’Ouest de Siemens Healthcare, à ce poste depuis juin 2014.

Il est sous la responsabilité conjointe de Messieurs Peter Bichara, directeur général de Siemens France, et Jean-François Bauer, directeur financier Europe du Sud-Ouest, Afrique du Nord et de l’Ouest, secteur Santé de Siemens.

Patrick Debans, 48 ans, executive program de l’INSEAD, DESCF, EM Lyon, a réalisé le parcours suivant :

* Depuis 2010 : Siemens Healthcare France, vice president et chief financial officer.

* 2009-2010 : Siemens Healthcare France, directeur financier de la division Imagerie et Thérapie.

* 2001-2009 : Siemens France, directeur des services financiers corporate comprenant les fusions et acquisitions, la fiscalité et le contrôle central.

* 1995-2001 : Roussel Uclaf (devenue Sanofi-Aventis), différentes fonctions de corporate finance et de direction financière de filiales.

* 1990-1995 : PSA Peugeot Citroën, début de carrière à la direction financière.